Parcours de sécurisation professionnel dans les SAP : « Que deviennent-elles/ils ? »

La Plateforme Evolia93 lance une nouvelle rubrique intitulée « Que deviennent-elles/ils ? ».  Ce rendez-vous trimestriel relatera le parcours d’un demandeur d’emploi ayant suivi les actions de Sensibilisation à la filière de l’aide à la personne et la Semaine Découverte Métiers et Orientation vers le secteur des services à la personne (SDMO).

Ce parcours lui a permis d’affiner et de valider son projet, sécurisant ainsi son parcours professionnel vers l’emploi. Ces actions sont financées par l’Agence Nationale de la Cohésion des Territoires et le Conseil Départemental de la Seine-Saint-Denis.

Ce mois-ci nous vous présentons l’interview de Jeanne A., qui a suivi les actions de Sensibilisation et de SDMO en Octobre 2019 et qui est actuellement en formation du Titre Professionnel d’Assistante De Vie aux Familles (TP ADVF) à AFCI à Paris 18ème.

Présentation de la candidate

Jeanne A. a 53 ans et est mère de 4 enfants âgés de 38 ans, 35 ans, 26 ans et 21 ans. Elle réside à Drancy. Elle est titulaire d’une certification professionnelle Assistante Maternelle/Garde d’enfants.

Qu’est-ce qui vous a amené vers les métiers du domicile ?

J’ai exercé comme garde d’enfants à domicile auprès de particuliers pendant 7 ans puis je suis devenue assistante maternelle agréée. Au bout de 9 ans de pratique, j’ai eu envie de changer de métier, de sortir de chez moi, d’élargir mes compétences et de découvrir d’autres publics.

Je souhaitais travailler au domicile des personnes, qu’elles soient âgées ou en situation de handicap. J’aime aller à la rencontre des personnes, me rendre utile, faire que mes actions aient du sens.

Comment avez-vous connu la Plateforme Evolia93 ?

J’ai connu la Plateforme Evolia93 en discutant avec la mère d’un des enfants que je gardais et qui travaillais dans un Pôle Emploi. Je m’y suis rendue pour participer à une réunion de sensibilisation sur le secteur.

J’ai rencontré des femmes qui étaient aussi à la recherche d’informations sur de l’emploi ou de la formation. J’ai posé mes questions, les autres participantes aussi et certaines réponses donnaient lieu à des échanges vifs entre nous car il y avait des désaccords selon les expériences vécues et les clichés dont on entend parler dans le secteur comme « j’ai élevé mes 4 enfants donc je peux garder des enfants », « je me suis occupée de ma grand-mère pendant des années, je recherche un poste d’auxiliaire de vie » …

Pour ma part, j’ai pu avoir des informations dont je n’avais pas connaissance avant et qui m’auraient permis de réaliser mon projet plus tôt.

Comment s’est passé le parcours suivi avec la Plateforme Evolia93 ?

Au cours de la SDMO, j’ai pu échanger et partager avec les autres participantes sur nos savoirs, nos vies, nos envies ; j’ai créé avec certaines des liens en dehors de la plateforme, l’ambiance était conviviale… Le dernier jour nous avions organisé un repas collectif.

Les divers ateliers au cours de cette semaine m’ont permis d’acquérir des connaissances sur les applications mobilité à télécharger sur mon smartphone, les contraintes et exigences de mon futur métier… En pratique, savoir mettre en avant mes savoir-être et motivations, avoir la bonne posture pour réussir un entretien professionnel, me perfectionner dans l’utilisation des outils numériques… 

Actuellement, où en êtes-vous dans ce parcours ?

Le 6 Janvier 2020, je suis entrée en formation à l’AFCI, organisme de formation partenaire de la Plateforme après avoir réussi les tests d’entrée. Je devais passer mes examens à la fin du mois de Mai mais la crise sanitaire du COVID-19 les a reporté à des dates ultérieures.

J’ai hâte de valider mon titre professionnel, de me retrouver sur le terrain et de pouvoir exercer.

J’ai repris contact avec la Plateforme pour participer au job-dating organisé en Juin 2020 avec ses structures adhérentes afin de décrocher un poste.

Quel est votre projet pour les années à venir ?

Etre en poste et continuer à me former sur des pathologies et des aptitudes spécifiques liées au public dépendant et dans moins d’une dizaine d’années pouvoir créer un organisme de formation spécialisé dans le secteur du domicile dans mon pays d’origine, la Côte d’Ivoire.

Le recrutement mutualisé : Un objectif, l’emploi durable !

La plateforme  des services à la personne de la Seine-Saint-Denis poursuit son action de recrutement mutualisé avec les services d’aide à domicile du territoire.

 Déjà 13 embauches effectives d’auxiliaires de vie en quatre mois auprès des dirigeants membres du projet, au-delà du sourcing, de la vérification des pré-requis , des pré-entretiens et de la mise en relation effectués en amont, c’est avant tout s’assurer de la proximité  géographique, des disponibilités des candidat.es avant leur positionnement, ces éléments sont essentiels pour garantir l’embauche.

 Les échanges réguliers entre  l’équipe de la plateforme et ses adhérents permet également d’effectuer des repositionnements de candidat.es et ainsi  favoriser la mutualisation inter-services.

 Pour rappel en 2019, ce projet expérimental a permis à 57 candidat.es d’être recruté.es par une dizaine d’employeurs adhérents à la plateforme Evolia93.

PORTRAIT DE DIRIGEANTS : Alain NGASSA dirigeant de ADHAP – Sérénité

En ce mois de juin, nous vous présentons le portrait de Monsieur NGASSA dirigeant de ADHAP – Sérénité, entreprise d’aide à domicile basée à Aulnay-Sous-Bois. 

 1.       Pouvez-vous nous présenter votre structure ?

J’ai créé ma société « Sérénité » le 2 février 2010 et mon activité a commencé le 3 mars 2010, date à laquelle j’ai obtenu mon agrément. Je suis basé à Aulnay-Sous-Bois en Seine-Saint-Denis.

Dès le départ, j’ai pris le parti de créer mon entreprise sous la franchise ADHAP Services. Ce qui a motivé ce choix est le fait de faire partie d’un réseau, mais surtout la démarche qualité qui est inhérente à ADHAP. Dès l’année 2011, on s’est inscrit dans cette démarche qualité et on a obtenu nos labels QUALICERT et CAP’HANDEO. Nous avons d’ailleurs fait partie des 9 premières structures labellisées en Île-de-France en 2013.

En tant que service d’aide à domicile, notre plus-value est la qualité et l’adaptabilité de nos prestations. En effet, nous réalisons des prestations classiques d’une heure, mais aussi des prestations de 45 minutes ou 30 minutes en fonction des besoins de nos bénéficiaires. Cela nous permet de répondre au mieux aux besoins de nos clients, sans facturer systématiquement 1 heure de prestation. De plus, nous n’imposons aucun horaire aux bénéficiaires et on s’adapte à leurs besoins et contraintes. On se veut être des conseils auprès des familles, c’est un aspect très important à nos yeux.

Notre organisation repose sur une forte capacité d’adaptation, des procédures strictes et une relation de proximité avec nos salariés et nos bénéficiaires. Nous contrôlons la qualité de nos prestations, via des échanges réguliers avec nos bénéficiaires (au moins une fois par trimestre) et nos salariés (au moins une fois par mois).

L’originalité du modèle ADHAP est fondée sur le trio : dirigeant – responsable de secteur – infirmière coordonnatrice. C’est ce trio qui assure et insuffle la démarche qualité au sein de notre entreprise. Nous avons renforcé cet aspect en recrutant : une responsable qualité qui s’occupe également des prises en charge des personnes en situation de handicap, un coordinateur qui est en charge de l’aide humaine et une personne qui est en charge de l’entretien du logement et des courses. De plus, nous avons également deux animatrices qui sont responsables de nos intervenant.e.s. Nos animatrices sont initialement des intervenant.e.s qui ont démontré leur qualité et leur fidélité à l’entreprise et qui ont souhaité évoluer vers un poste à responsabilité. Enfin, nous avons une assistante administrative et une assistante ressources humaines.

Tous les membres de l’équipe de Sérénité sont des relais de notre démarche qualité sur le terrain et s’appuient au quotidien sur leur connaissance et leur proximité avec les bénéficiaires, les familles et l’ensemble de notre personnel. 

2.       Quelles répercussions la crise sanitaire actuelle a eu sur votre activité ? 

La première répercussion a été de me conforter dans l’idée que j’avais choisi le bon métier. Je pense que cette crise du COVID-19 montre l’importance du maintien à domicile du public fragile, principalement en terme de qualité de vie au quotidien.

Cette crise montre également que nous sommes un secteur qui a besoin de plus de moyens pour répondre au mieux aux besoins des personnes.  J’espère que l’Etat donnera plus de moyens à notre secteur à l’avenir.

D’une manière générale, nous avons dû repenser notre métier et les procédures de sécurité mises en place, aussi bien pour nos intervenant.e.s que pour notre personnel de bureau. Pour cela, nous avons suivi de près les recommandations émises par l’Etat, l’ARS ou le Conseil Départemental, ce qui nous a permis de mettre en place un dispositif spécifique avec des procédures détaillées que nous avons transmis à l’ensemble de nos bénéficiaires et salarié.e.s.

Aujourd’hui, nous travaillons comme à l’hôpital, chacun.e. de nos intervenant.e.s a un équipement complet à sa disposition (masque, gant, charlotte, blouse, sur-blouse et sur-chaussure). Nous fournissons également du matériel de protection à nos bénéficiaires.

Un autre exemple concret est que nous désinfectons l’ensemble des bureaux, sols, poignées, etc. Deux fois par jour. Le port du masque et l’utilisation du gel hydro-alcoolique est obligatoire et nous avons limité les visites au strict minimum.

Nous avons également mis en place des formations spécifiques à destinations de nos salarié.e.s sur le COVID-19, ses risques, les consignes et les procédures et l’ensemble validé par un test de connaissance.

Enfin, nous avons choisi de mettre en place des échanges quotidiens avec nos salariés et bénéficiaires, afin de les informer et les accompagner au mieux pendant cette crise. Cela a eu un impact très positif, car ça nous a permis de renforcer les liens de confiance au sein de l’entreprise, mais aussi avec nos usagers.

3.       Rencontrez-vous des problématiques nouvelles, induites par cette crise sanitaire, que vous n’aviez pas rencontrées auparavant ?

Nous avons été confrontés au début de la crise à deux problèmes majeurs. Le premier, était la crainte de notre personnel face à cette épidémie. La peur était liée au fait d’être contaminé, mais surtout de contaminer les autres, que ce soit sa propre famille ou ses bénéficiaires. C’est pourquoi, nous avons pris le temps d’informer et d’accompagner nos salarié.e.s. Ça a été l’un des points de départ du dispositif d’accompagnement que nous avons évoqué précédemment. Ce n’est qu’au travers de la communication, des procédures, de la formation et de l’accompagnement au quotidien que nous avons réussi à protéger la santé de nos salariés et bénéficiaires et permettre de maintenir la qualité de nos prestations.

Le second problème était le manque d’équipement. Nous avons rencontré de nombreuses difficultés pour passer des commandes et réceptionner le matériel. Ensuite, s’est posé le problème du stockage de ces équipements, puisque nous avons dû passer des commandes importantes. Sans oublier que cela représente un investissement financier non négligeable pour notre structure, mais aujourd’hui nous avons le matériel nécessaire et nos stocks sont pleins.

4.       Avez-vous eu des bénéficiaires ou des salarié.e.s touché.e.s par le virus ?

Oui, malheureusement nous avons rencontré 9 décès de nos bénéficiaires pour des cas avérés de COVID-19. Du côté de nos salarié.e.s nous avons eu 2 personnes touchées, elles ont été placées en quarantaine et sont de retour à leur poste.

 5.       Quel est l’intérêt pour vous d’avoir adhérer à un réseau tel que la plateforme Evolia93 ?

Le principal intérêt de faire partie d’un réseau est le partage et l’échange que l’on peut avoir avec ses homologues ou d’autres professionnels du secteur. En tant que dirigeant d’entreprise, on peut parfois être isolé du fait de notre position. C’est pourquoi, c’est important et enrichissant de côtoyer d’autres dirigeants. Je suis convaincu que c’est grâce aux échanges avec les autres que l’on évolue dans la vie.De plus, depuis que je suis adhérent chez Evolia93, j’ai rejoint plusieurs projets mutualisés avec d’autres SAAD tel que le recrutement et la formation mutualisée, la borne CESU, les groupes de travail sur les CPOM (Contrat Pluriannuel d’Objectifs et de Moyens) ou encore la création d’un GCSMS (Groupement de Coopération Social et Médico-Social).

6.       Comment voyez-vous l’avenir du secteur ?

Le secteur à un bel avenir devant lui, car les besoins de prises en charge vont être de plus en plus importants avec le temps. Cependant, il faut se préparer dès aujourd’hui à évoluer, à monter en qualité. Pour moi, cela passe avant tout par la structuration et la professionnalisation de l’ensemble du secteur, par l’intégration des nouvelles technologies, par les regroupements, le développement de partenariats ou les mutualisations. Il faut être dans un système vertueux ou les professionnels de santé et les professionnels du domicile fonctionnent de concert. Je crois également que l’arrivée des CPOM va permettre de pérenniser certaines structures d’aide à domicile et se focaliser sur les interventions, plus que sur la gestion des coûts, qui reste encore aujourd’hui une préoccupation centrale dans notre secteur. Je pense aussi que dans les 5 prochaines années, nous allons de plus en plus observer l’arrivée de grands groupes dans notre secteur. Cependant, je pense qu’il est indispensable que les petites structures continuent d’exister. Ces structures sont à taille humaine et sont inscrites dans le tissu local et permettent une relation de proximité avec les bénéficiaires. La notion de grand groupe ne doit pas être prépondérante, je crois davantage aux groupements d’entreprises.

Les prochaines actions d’Evolia93 à destination des candidat(e)s souhaitant intégrer la filière

Les prochaines actions d’Evolia93 à destination des candidat(e)s souhaitant intégrer la filière des services à la personne auront lieu :

- La sensibilisation, le vendredi 22 Mai 2020 à 9h30

- La Semaine Découverte Métiers et Orientation (SDMO) du 25 au 29 Mai 2020 de 9h00 à 16h30

Ces actions se feront en visioconférence. Inscrivez-vous par mail à contact@evolia93.fr ou par téléphone au 01 41 60 10 69 pour recevoir le lien d’accès.